Championnats du Monde de Cyclo-cross

Quelques minutes après le championnat du monde qu’il a bouclé à la huitième place, Francis Mourey se montrait fataliste et philosophe. Dominé par le duo Stybar-Nijs bien trop forts pour lui, le champion de France a tenu la cadence pendant 25 minutes avant de finir aussi bien que possible.

Un circuit boueux, donc technique et désignant les hommes forts, tel était le décor planté à Hoogerheide et ne déplaisant pas à Francis, auteur du meilleur départ, avant de voir rappliquer en fin de premier tour un groupe composé de Van der Haar, le vainqueur de la Coupe du Monde cette saison, Sven Nijs et Zdenek Stybar, tous deux champions du monde à deux reprises.

Au gré des relances assassines de chacun d’eux, des inévitables petites fautes techniques, Francis n’a cessé de combattre les cassures. Pendant quatre tours. Avant de payer la note.

« Oui, dit-il, j’ai tenu quatre tours et dès lors, je ne pouvais plus les suivre. Je me suis mis un peu dans le rouge en espérant que ça se calme un peu mais ils ont gardé le même rythme. Une fois la lutte pour le titre finie pour moi, j’ai essayé de bien faire… »

De se battre avec une cohorte de Belges revenus sur lui et se battant pour la médaille de bronze. Loin derrière leur compatriote Sven Nijs, finalement battu dans le dernier tour par Stybar.

« C’était mon dernier cyclo-cross cette saison, poursuit Francis, une saison bien remplie et réussie. Maintenant je vais observer un repos sans vélo de deux semaines avant de reprendre la compétition sur route fin mars dans la Classic-Loire Atlantique. Et puis je reviendrai au cyclo-cross en étant plus fort, et en nourrissant les mêmes rêves. »