Bilan mitigé sur le Géant de Provence


La victoire sur les pentes du Mont Ventoux était ce samedi hors de portée. La faute à un Nairo Quintana (Arkéa-Samsic) retrouvé qui est allé s’imposer en costaud au Chalet Reynard. À un troisième échelon, Thibaut Pinot et David Gaudu ont composé avec la condition du moment et se sont arrachés pour conserver leur place dans le top 10 du classement général avant l’ultime étape du Tour de la Provence. 

C’était la journée attendue par tous les suiveurs, mais sans doute pas par tous les coureurs. Véritable mythe du cyclisme, le Mont Ventoux se dressait donc sur la route du peloton dans cette troisième étape du Tour de la Provence. Presque une anomalie dans un début de saison. Les plus craintifs pouvaient néanmoins se rassurer en notant que son ascension n’était pas prévue jusqu’au sommet, mais jusqu’au Chalet Reynard – tout de même 14,6 kilomètres à 7,6% … Mais avant d’en arriver là, il fallait couvrir près de 120 kilomètres, sur lesquels cinq échappés ont finalement ouvert la route. 

« On est tombé sur plus fort » Thibaut Pinot

Parmi eux, Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step) s’est montré le plus en jambes pour s’isoler à cinquante kilomètres du but. Il a compté jusqu’à six minutes d’avance sur un peloton mené par l’équipe Astana du leader mais également par la Groupama-FDJ, en ordre de marche derrière Thibaut Pinot et David Gaudu. « Les deux n’étaient pas super confiants au départ mais on est là pour bosser et mettre en place des choses, expliquait après-coup Philippe Mauduit. Ensuite, ça marche ou ça ne marche pas. Mais si on ne se met pas en situation de faire ce qu’il faut pour aller gagner, les chances de réussite sont évidemment moindres. À chaque fois que l’on est en course, il faut qu’on s’attache à faire du mieux possible dans cette optique ».

Grâce au travail d’Antoine Duchesne, Ignatas Konovalovas et Matthieu Ladagnous, l’écart avec Rémi Cavagna s’est drastiquement amoindri à l’approche de la montée finale. Thibaut Pinot et David Gaudu ont ensuite été bien replacés par Matthieu Ladagnous et Anthony Roux avant les forts pourcentages, à environ huit kilomètres de l’arrivée, où Arkéa-Samsic a alors placé Nairo Quintana en orbite. Le Colombien est parti seul et nos leaders ont dès lors tenté de s’accrocher au maximum.  « Ça s’est moyennement passé pour moi et pour l’équipe, concédait Thibaut. On s’attendait à mieux, mais au final, on n’était pas si bien que ça. Au briefing, ce sont plutôt les équipiers qui voulaient rouler pour nous. C’était sympa de leur part et on s’est motivé pour faire du mieux possible, mais on est tombé sur vraiment plus fort aujourd’hui, un Quintana impérial. On est à notre place, il n’y a pas d’excuses ».

« Ce n’est pas dramatique, on sait où on en est » Philippe Mauduit

Sur la ligne, Thibaut est passé en neuvième position, dans le même temps que le cinquième. David Gaudu est arrivé juste derrière et tous deux conservent leur top 10 au général, bien que pointant désormais à plus de deux minutes du nouveau leader Nairo Quintana. « Ce n’est pas génial, car on espérait naturellement mieux, mais par rapport au travail qui a été effectué en altitude et au timing, on s’attendait tout de même à avoir des moments de relative faiblesse, nuançait Philippe. On est un peu dedans mais il faut aussi savoir accepter quand on tombe sur plus fort que soi. Ce n’est pas dramatique car on sait où on en est, et on sait qu’au fil des semaines, notre groupe va progresser. Je pense qu’on sera déjà mieux la semaine prochaine ». Son de cloche similaire chez Thibaut Pinot. « Il y a encore du boulot mais on n’est encore qu’au début de saison ».  

Avant de se projeter sur le Tour du Haut-Var, il reste une étape entre Avignon et Aix-en-Provence à disputer sur ce Tour de la Provence 2020. « Et demain, concluait Philippe, il y a une petite possibilité pour que l’échappée rallie l’arrivée car ce n’est pas dit que Nacer Bouhanni puisse passer toutes les bosses. S’il ne peut pas, peut-être qu’Arkéa-Samsic laissera partir un groupe de coureurs non dangereux au général. On ne le saura qu’une fois l’échappée partie et selon la composition. De notre côté, on fera le point ce soir puis on décidera de notre tactique pour cette dernière étape ».