Depuis une quinzaine de jours, les coureurs de la Conti ont remis le pied à l’étrier et ont déjà eu l’occasion de s’illustrer, que ce soit en terres belges ou dans l’Hexagone. Alors qu’elle observe ces jours-ci un petit trou dans son calendrier, son manager Jens Blatter fait le point sur le début de saison mais surtout sur ce qui se profile, à court, moyen et long terme pour ses jeunes hommes.

Jens, la Conti est désormais bien entrée dans sa saison 2021…

Tout à fait ! On a réalisé une très bonne préparation cet hiver, même si on ne savait pas exactement quand on pourrait reprendre étant donné que le calendrier des « Classe 2 » a été un peu amputé. On a finalement eu la chance que ça se passe bien en Belgique sur Le Samyn et le Grand Prix Monseré, et on a également pu courir Paris-Troyes sans problèmes.  On s’est bien débrouillés sur ces trois premières courses. Il faut noter que nous avons une équipe très jeune cette année. Beaucoup font tout juste le saut des Juniors aux Espoirs et il leur faut évidemment s’acclimater. Ceci étant dit, on a été très actifs et offensifs sur les trois courses. Sur la longueur et les 200 kilomètres, ça reste parfois un peu compliqué pour les jeunes, mais on a tout de même fait de belles choses et c’est plutôt pas mal en termes de résultats. Antoine Raugel a notamment montré tout son potentiel. On avait déjà remarqué lors de notre stage en Italie que le niveau général du groupe était encore plus élevé que les années précédentes. Lorsqu’on est partis d’une feuille blanche en 2019, on avait dit que ça nous prendrait trois ans pour atteindre le niveau qu’on souhaitait atteindre. On a encore profité de l’année passée pour nous améliorer, je trouve qu’on a une très bonne équipe et je suis sûr qu’on va encore faire de super bons résultats lors des courses à venir.

« On profite pleinement de la présence des coureurs à Besançon »

Toute l’équipe est également réunie à Besançon depuis plus d’un mois.

Avec le confinement l’an passé, ça n’a vraiment pas été simple. Les jeunes étaient chez eux, et même si on dispose désormais d’outils internet pour communiquer, ce n’est tout de même pas la même chose. Aujourd’hui, on profite pleinement de leur présence. On a aussi l’avantage cette année qu’ils logent tous au Centre de Performance, à Besançon. On est donc tous ensemble, ça va mettre une belle ambiance. Les coureurs ont par exemple fait une soirée crêpes cette semaine, c’est super pour la vie de groupe. Cette nouveauté s’explique par le fait qu’il est parfois difficile de trouver des appartements sur Besançon, mais c’était aussi pour simplifier l’organisation du coureur et celle de l’équipe. L’an passé, il fallait aller chercher les coureurs tôt le matin, dans un rayon de 10-15 kilomètres, pour aller sur les courses. Maintenant, on a rendez-vous devant le Centre et on part tous ensemble. C’est bien plus pratique. Le lundi, on effectue aussi un débriefing des courses avec tous les coureurs, y compris ceux n’y ayant pas participé. On peut parler des choses qu’on a bien faites et de ce qu’on peut améliorer. Tout le monde peut faire des erreurs, surtout à cet âge, l’essentiel étant de ne pas les reproduire. On veut que tout le monde puisse profiter de ces débriefings. C’est l’un de nos points forts, tout comme le suivi médical. Par exemple, on a malheureusement recensé quelques chutes en Belgique sur nos premières sorties, et le fait qu’ils soient tous ici nous a bien aidé pour les accompagner.

Quelles sont les grandes lignes du calendrier pour la suite de la saison ?

On devait initialement courir aux Pays-Bas ce week-end, mais toutes les courses non-professionnelles sont annulées là-bas. La semaine prochaine, nous irons en Slovénie pour disputer le Grand Prix Adria Mobil. Nous resterons quasiment une semaine sur place, entre la Slovénie et l’Italie, avec presque toute l’équipe. Nous ferons un petit stage et nous enchainerons avec des courses en Italie. Nous en avions trois au programme : le Trofeo Piva, le Giro del Belvedere et le Gran Premio Palio del Recioto. Malheureusement, nous avons appris que la dernière avait été reportée. Nous reviendrons ensuite sur Besançon et nous disputerons les deux courses de la région (Classic Grand Besançon Doubs et Tour du Jura), des courses de Classe 1 qui sont de vrais objectifs pour l’équipe. Nous courrons ensuite Paris-Mantes mais la plupart de l’équipe observera une petite coupure avant qu’on reprenne gentiment au mois de mai. Les grands rendez-vous s’enchaîneront dès lors à partir du Baby Giro. Nous avons deux-trois trous dans le calendrier, c’est dommage, mais de manière générale, on est beaucoup mieux lotis jusque-là comparativement à l’année passée. On est très optimistes et confiants dans le fait que la situation s’améliore d’ici le mois de mai.

Le programme n’est donc pas sujet à de trop nombreuses incertitudes ?

C’est évidemment difficile à dire, car personne ne sait à ce jour ce qu’il adviendra dans deux semaines ou un mois. Les chiffres continuent d’augmenter en Italie, en Suisse, en Allemagne, et même en France. Si on regarde devant, on est surtout inquiets vis à vis des courses en Italie. Maintenant, nous avons aussi appris l’annulation de Paris-Roubaix Espoirs. Heureusement, ça se passe plutôt bien pour les courses de Classe 1. Pour les « Classe 2 », le calendrier est légèrement plus incertain et c’est pourquoi nous devons procéder à des ajustements tous les 2-3 jours. Pour le moment, ça ne pose pas vraiment problème car on parvient toujours à trouver des courses dans d’autres pays, où la situation sanitaire est meilleure.

« Le Baby Giro est LE grand objectif de l’année »

Globalement, l’organisation du calendrier a-t-elle été plus simple que l’an passé ?

Oui, nous sommes revenus sur une trame plus habituelle, en ciblant notamment les courses Espoirs et les courses par étapes. La vraie différence cette année est que nous avons ajouté plusieurs courses de Classe 1 à notre programme. C’est un peu le pont entre les Espoirs et le WorldTour. On a d’ailleurs vu qu’on était au niveau, qu’on était en mesure de suivre. C’est aussi une bonne chose dans la mesure où les Classe 1 ont dans l’ensemble été plutôt épargnées pour le moment. C’était vraiment une bonne option. Et puis, comme je dis souvent, nous avons aussi la chance d’avoir la WorldTeam derrière nous. On peut faire des échanges de coureurs récurrents, et ça nous dépanne bien. Dans ce week-end sans course par exemple, nous avons pu prêter deux coureurs à la WorldTeam pour la Bredene Koksijde Classic. C’est un point très positif, avant tout pour les jeunes.

Dans ce calendrier, quelles sont les courses soulignées d’un trait rouge ?

Nos grands objectifs se situent plutôt dans la deuxième partie de saison, en particulier avec le Baby Giro qui est LE grand objectif de l’année. Avec le Tour de l’Avenir, qui est réservé aux sélections nationales, le Baby Giro est l’épreuve où l’on retrouve la plus grosse concurrence, les plus grandes équipes de notre catégorie. C’est aussi la seule course du calendrier qui s’étend sur dix jours. S’enchaîneront ensuite d’autres objectifs comme le Tour du Val d’Aoste, le Tour Alsace ou la Ronde de l’Isard. Nous mettons plutôt l’accent sur les courses par étapes cette saison, d’autant que certaines Classiques ont été reportées ou annulées.

Ne pas disputer le Baby Giro aurait donc été un vrai coup dur ?

Même si nous sommes une équipe réserve, l’invitation ne coulait pas de source. Nous devons systématiquement poser une candidature pour participer aux courses. Pour le Baby Giro, par exemple, 90 équipes ont postulé mais seulement 32 ont été retenues. On avait donc seulement 30% de chances d’y être. Heureusement, nous avons fait un beau Giro l’an passé avec plusieurs top-5 et ça nous a forcément aidé. Ça aurait été une vraie déception de ne pas y participer, non seulement car il s’agissait de notre plus grand objectif mais aussi car il n’y a quasiment pas de courses à cette période de l’année. On est donc vraiment contents et soulagés d’y aller.

« Il n’y a pas que le résultat qui compte »

As-tu la sensation que la concurrence pour les invitations est plus rude cette année ?

C’est effectivement de plus en plus compliqué. Chaque année, de nouvelles réserves se créent et tentent de se faire une place. Si on reprend l’exemple du Baby Giro, ils sélectionnent d’abord, et naturellement, les meilleures équipes italiennes. Les places restantes pour les formations étrangères sont donc très disputées. Nous ne sommes pas la seule équipe de développement, tout le monde veut en être et ça devient beaucoup plus difficile. Je croise les doigts, mais pour le moment, nous avons eu la chance d’être acceptés sur toutes les courses pour lesquelles nous avons envoyé une candidature, à l’exception d’une. Cette concurrence pour les invitations est naturellement due au contexte, car les équipes veulent courir au maximum. Je pense que certaines posent même 2-3 candidatures pour le même week-end afin d’être sûres d’en faire au moins une, en raison des annulations et reports.  

Malgré la concurrence, les organisateurs vous font globalement confiance. Est-ce une source de fierté pour le manager que tu es ?

Je suis super content et fier qu’on ait l’opportunité d’être invités sur la plupart des courses. C’est aussi un peu ma mission en tant que manager de pouvoir permettre aux jeunes de rouler le plus possible, et sur les courses les plus importantes. Je suis très content qu’on ait pu trouver les meilleures solutions pour l’équipe. Selon moi, cela s’explique notamment par deux raisons. Il y a forcément le fait que nous soyons la réserve d’une WorldTeam, ce qui est toujours super bien pour un organisateur, mais il y a aussi le côté relationnel. Je suis personnellement en contact depuis dix ans avec 90% des organisateurs. Nos relations n’attendent pas le jour de l’événement, ou la course aux invitations. Nous échangeons tout au long de l’année. Cela n’empêche, nous sommes forcément reconnaissants de la confiance qu’ils nous démontrent. Je dis aussi souvent qu’il n’y pas que le résultat qui compte. Le comportement est aussi super important pour nous. Je veux que les organisateurs et les hôtels soient satisfaits de ce point de vue. Si tu es à la hauteur sportivement et qu’en plus ton comportement avant, pendant et après la course est bon, il n’y a pas de raison de ne pas être invité à nouveau.

A lire dans cette catégorie…

0

 - avec Sam Watson
0

 - avec Paul Penhoët
0

 - avec Cédric Pineau

1 commentaire

Bellemere

Bellemere

Répondre

Le 22 mars 2021 à 06:17

Quelle belle équipe,