Arnaud Démare rafle tout… de nouveau !

Arnaud Démare s’est décidément fait une spécialité des razzias ! Le champion de France n’avait besoin de reprendre qu’une seconde, ce dimanche, pour remporter le classement général du Tour Poitou-Charentes en Nouvelle-Aquitaine. Il a fait bien mieux que ça. Comme sur le Tour de Wallonie récemment, le sprinteur a profité du dernier jour de course pour réaliser un majestueux coup double : le gain de l’étape et la victoire finale en prime. Il cumule désormais pas moins de neuf succès cette saison, faisant de lui le coureur le plus prolifique depuis la reprise.

« On était prêt à laisser la victoire d’étape », Frédéric Guesdon

En prenant le départ de l’ultime étape du Tour Poitou-Charentes en deuxième position du général, à simplement une seconde du leader Josef Cerny (CCC), vainqueur du chrono la veille, l’objectif de l’Équipe Groupama-FDJ et d’Arnaud Démare était très clair ce dimanche : disputer le premier sprint intermédiaire, situé au km 14. « On a donc cadenassé la course, comme on le souhaitait, exposait Frédéric Guesdon. Il y a eu de petites attaques au départ mais tout le monde a vite compris qu’on ne laisserait pas partir. Ça a finalement été relativement simple de contrôler le début de course. Les CCC n’ont même pas tenté. Il faut dire que le terrain tout plat n’était pas propice à le faire ». Le train d’Arnaud Démare, d’habitude en marche dans les derniers kilomètres, s’est donc mis en place après quelques minutes de course. « Et on fait 1er, 2e et 3e du sprint bonifications, détaillait Frédéric. Arnaud est passé premier, devant Ramon et Jacopo. Le leader a tenté de faire le sprint mais n’a pris de bonifs. On avait donc deux secondes d’avance au général virtuel à ce moment-là ».

Dès lors, la consigne a été tout aussi limpide pour le champion de France et ses coéquipiers. « On a laissé filer une échappée pas vraiment dangereuse, poursuivait Frédéric. Les gars ont bien filtré. Ils sont sortis à cinq et le mieux placé [Jérémy Leveau] était à 3’40. C’était parfait. Si l’échappée prenait les bonifications, ça nous arrangeait. Un accident est vite arrivé… On ne voulait pas prendre de risques et on était même prêt à laisser la victoire d’étape. On a donc contrôlé un peu puis d’autres équipes sont venues rouler car intéressées par la victoire, comme B&B Hotels-Vital Concept et Bahrain-Merida. Petit à petit on est donc allé rechercher les échappés ». À l’amorce du dernier tour de circuit autour de Poitiers, à quatorze kilomètres de l’arrivée, le peloton est même revenu à 35 secondes à peine du quintette. « On eu un peu peur car il y avait la dernière bonif à dix bornes, et on a pensé que ça pouvait rentrer, ajoutait Frédéric. On était prêt à se re-concentrer sur la bonif plutôt que sur le sprint final, mais finalement, ce n’est pas revenu à temps ».

« C’est super pour clôturer ce mois d’août extraordinaire », Arnaud Démare

Iljo Keisse (Deceuninck-Quick Step) s’est lui débarrassé de ses compagnons de fuite pour tenter un solo vers l’arrivée. Son avantage était encore d’une vingtaine de secondes à trois kilomètres du but, mais le peloton finalement fondu sur lui dans les ultimes moments. « On rentre sur le dernier échappé au dernier kilomètre, relatait encore Frédéric. Il fallait absolument être placé à la flamme rouge aujourd’hui et les gars l’étaient bel et bien. Ils ont donc pu mettre en route parfaitement pour le sprint. Les trois lanceurs d’Arnaud n’avaient pas roulé, ils étaient frais pour le final, et en plus ils sont en forme. Je crois qu’Arnaud gagne assez aisément ». « Pour moi, c’était mort pour la victoire à cinq kilomètres de l’arrivée, disait pourtant le champion de France après-coup. Keisse avait encore 50 secondes, mais la journée a été très rapide et il s’est finalement écrasé dans le final. On le rattrape à un kilomètre de l’arrivée et notre train était alors en marche avec Ramon et Jacopo. On a pu jouer le sprint et c’était pour le coup une belle victoire, nette et franche, avec un ou deux vélos d’avance. Huitième et neuvième victoires, coup sur coup, c’est génial ! C’est super pour clôturer ce mois d’août extraordinaire, durant lequel l’équipe entière a été exceptionnelle ».  

Arnaud Démare et sa garde rapprochée vont désormais observer une coupure avant de faire leur retour sur le Tour du Luxembourg, mi-septembre. Avec neuf succès en un mois de compétition, le porteur du maillot bleu-blanc-rouge a en tous les cas signé une reprise des plus remarquables. « Il a peut-être plus de victoires que de défaites en août, sourit Frédéric. Plus sérieusement, c’est super, d’autant qu’il y a la coupure derrière. On finit donc cette première séquence sur une bonne note et on pourra repartir bien motivés pour la deuxième. C’est parfait. Arnaud n’a pas vécu un début de saison facile, entre le confinement sur l’UAE Tour, le confinement en France et sa fracture du scaphoïde, mais il s’est bien remis en question et il s’est super bien entraîné. Il est arrivé très motivé au mois d’août, avec l’envie de gagner. Il marchait fort immédiatement, et le groupe autour de lui s’est donc senti obligé d’être à la hauteur. Quand on a un leader si fort, ça tire tout le monde vers le haut ».