« Arnaud Démare pour gagner, Valentin Madouas pour apprendre »

Frédéric Guesdon, de même que Sébastien Joly et Martial Gayant, sera le directeur sportif de l’équipe Groupama-FDJ pendant le Tour d’Italie qui débute samedi à Bologne par un contre-la-montre individuel. Il fixe les enjeux du Giro pour ses coureurs qui, cette année, ne feront pas du classement général une obsession. Avec les inamovibles coureurs de son train, Arnaud Démare tentera de gagner des étapes tandis que Valentin Madouas effectuera la première course de trois semaines de sa carrière.

Frédéric, comment l’équipe Groupama-FDJ aborde-t-elle le Tour d’Italie ?

En tant qu’équipe, on l’aborde sereinement, en ayant pour objectif de gagner des étapes. On espère avoir des résultats mais on sait que ça tient à peu de chose et depuis le début de saison, nous sommes quand même en manque de réussite. Je parle du groupe sprint, celui d’Arnaud Démare. Pour nous, ce mois de mai est comme un tournant après une première partie de saison qui nous a laissés sur notre faim. Dans ce Tour d’Italie, il y a des étapes où on va essayer de bloquer la course pour faire des sprints. Dans mon esprit, il y en a cinq qui n’échapperont pas à une explication entre sprinteurs. Samedi, on commence par un contre la montre individuel et dimanche, le sprint n’est pas évident parce qu’il y a deux côtes dans dernière heure. Ensuite il y a les étapes 3 (Ortebello), 5 (Terracina), 10 (Modène), 11 (Novi Ligure), 18 (Santa Maria di Sala) qui nous conviennent vraiment bien. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en aura pas d’autres.

Dans ce Giro, Arnaud Démare sera confronté à beaucoup de bons sprinteurs ?

Je pense qu’il y a en cinq qui feront travailler leur équipe, Ackermann (Bora-Hansgrohe), Viviani (Deceuninck-Quick Step), Ewan (Lotto-Soudal), Gaviria (UAE-Team Emirates) et Arnaud. Les autres, celles de Modolo (Education First-Drapac), Cimolaï (Israël Cycling Academy), Nizzolo (Dimension Data), Strakhov (Katusha-Alpecin) et Moschetti (Trek-Segafredo) viendront se placer dans le final.

Est-il facile de passer de la campagne des classiques à un Grand Tour ?

Dans les classiques, nous n’avons pas eu les résultats espérés. Ici, nous avons le même groupe sauf Stefan Küng qui a coupé après le Tour de Romandie. On n’a pas gagné durant ce printemps et ça change un peu en terme de confiance mais ça peut, à l’inverse, être aussi une grande source de motivation. Cette victoire, il faut aller la chercher, coûte que coûte. Avant le départ de ce Tour d’Italie, Arnaud est dans le bon état d’esprit pour gagner des étapes. S’il n’a pas encore gagné cette année, il ne faut pas oublier qu’il a disputé très peu de sprints depuis le début de la saison, deux dans le Tour d’Algarve, trois dans Paris-Nice. Il a fini deuxième à trois reprises.

« Arnaud n’a rien perdu de ses qualités. »

Les sprints dans les Grands Tours sont-ils différents ?

Les sprints dans un Grand Tour, à la fin, ça se joue dans la tête. Celui qui a le plus d’envie gagne mais j’espère ne pas attendre la dernière semaine pour lever les bras. Arnaud n’a rien perdu de ses qualités. Il change de registre après les classiques mais son train avec Jacopo Guarnieri, Ramon Sinkeldam, Olivier Le Gac et Ignata Konovalovas est toujours très efficace.

Quel sera le rôle de Valentin Madouas dans ce Giro ?

Tout d’abord et c’est le plus important, il va découvrir et il aura sa chance dans les étapes de puncheurs. On verra pour d’éventuelles échappées en fin de Tour. Dans mon esprit, Tobias Ludvigsson sera là pour l’aider. De même que Miles Scotson qu’on va aussi découvrir dans un Grand Tour.

Cette année, l’équipe Groupama-FDJ va changer de registre dans le Tour d’Italie ?

Ah c’est sûr qu’on ne va être du tout dans le même Giro qu’en 2018. Cette année, on va exister dans les sprints, dans de possibles échappées et on fera une belle découverte avec Valentin. Ces deux dernières années, on avait travaillé avec nos grimpeurs et avec Thibaut Pinot. Certes, il y a eu l’an dernier une grosse déception mais il y a deux ans, nous étions au pied du podium. C’était assez exaltant, honorable aussi. Là, outre Arnaud, on est avec un jeune qui promet. Ce n’est pas évident de mesurer ce qu’on peut attendre de Valentin mais on va le laisser découvrir. Sans pression mais bien entendu, comme c’est un gagneur, lui envisage un résultat.

Que peut-on attendre des trois étapes contre la montre ?

Dans ce Giro, il y a de grands spécialistes et ce sera trop dur pour nous même si Tobias est un grand rouleur. Certains jours, on va prendre des claques et il ne faudra surtout pas être démoralisés. Pour Arnaud, à ce jour 2019 est un passage qui n’est pas facile du seul fait des résultats mais, depuis qu’il est pro, il nous a énormément apporté et il va rebondir. Cette année, il a été malade au mauvais moment, il n’a pas abordé les classiques à 100% mais c’est un champion. Pour lui comme pour nous, l’important est de gagner.

Par Gilles Le Roch’.

Les étapes du Giro 2019

Samedi 11 mai, étape 1 : CLM : Bologne – Madonna di San Luca (8.2k)

Dimanche 12 mai, étape 2 : Bologne – Fucecchio (205 km)

Lundi 13 mai, étape 3 : Vinci – Ortebello (220 km)

Mardi 14 mai, étape 4 : Ortebello – Frascati (235 km)

Mercredi 15 mai, étape 5 : Frascati – Terracina (140 km)

Jeudi 16 mai, étape 6 : Cassino – San Giovanni Rotondo (238 km)

Vendredi 17 mai, étape 7 : Vasto – L’Aquila (180 km)

Samedi 18 mai, étape 8 : Tortoreto Lido – Pesaro (239 km)

Dimanche 19 mai, étape 9 CLM : Riccione – San Marino (34,8 km)

 

Lundi 20 mai : Repos

 

Mardi 21 mai, étape 10, Ravenna – Modène (147 km)

Mercredi 22 mai, étape 11 : Carpi – Novi Ligure (221 km)

Jeudi 23 mai, étape 12 : Cuneo – Pinerolo (158 km)

Vendredi 24 mai, étape 13 : Pinerolo – Ceresole Reale (196 km)

Samedi 25 mai, étape 14 : Saint-Vincent – Courmayeur (131 km)

Dimanche 26 mai, étape 15 : Ivrea – Côme (232 km)

 

Lundi 27 mai : Repos

     

Mardi 28 Mai, étape 16 : Lovere – Ponte di Legno (226 km)

Mercredi 29 mai, étape 17 : Commezzadura – Anterselva (180 km)

Jeudi 30 mai, étape 18 : Valdaora/Olang – Santa Maria di Sala (222 km)

Vendredi 31 mai, étape 19 : Trévise – San Martino di Castrozza (141 km)

Samedi 1er juin, étape 20 : Feltre – Croce d’Aune-Monte Avena (194 km)

Dimanche 2 juin, étape 21 CLM : Vérone – Vérone (17 km)