Arnaud Démare a enfin levé les bras !

C’est fait ! Arnaud Démare, cinquième de la première étape et troisième jeudi, s’est imposé dans la quatrième du Tour de Slovaquie, deux jours après le succès de Stefan Küng dans le contre la montre individuel. En levant les bras devant le château de Hlohovec, Arnaud a mis fin à une période frustrante durant laquelle il a clairement manqué de réussite.

« Je suis super content, dit-il, l’équipe a bien travaillé, on a retrouvé le train habituel avec Ignatas Konovalovas, Jacopo Guarnieri et Ramon Sinkeldam. C’était aujourd’hui une arrivée spéciale, on avait deux cartes à jouer avec Stefan qui prend la quatrième place et moi. Je suis vraiment content d’avoir pu gagner sur une arrivée taillée pour les puncheurs plus que pour les sprinteurs. Ces derniers temps, je n’avais pas un problème de jambes mais de placement et c’était frustrant. Là, il y a eu des bordures à 30 kilomètres du but et l’arrivée était jugée après 500 mètres bien montants, à 6 ou 7%. Même si le placement n’avait pas été top, j’aurais pu me rattraper mais je note qu’ici il y a un bon niveau, avec deux fortes équipes Deceuninck-Quick Step et UAE-Team Emirates et Groupama-FDJ pèse sur la course avec deux victoires déjà ! » 

« Il tournait autour, il la méritait vraiment cette victoire » J. Pinot

Le sourire était de mise après l’arrivée pour tout le clan d’Arnaud et ce d’autant plus qu’au classement général et avant les deux dernières étapes, la situation est très favorable. Stefan Küng est deuxième à trois secondes de Lampaert (Deceuninck-Quick Step), Arnaud est troisième à sept secondes !

« Cela faisait un moment qu’Arnaud n’était pas récompensé, rappelle Julien Pinot, il tournait autour, il la méritait vraiment cette victoire. Cette étape s‘est courue selon un scénario classique avec une échappée de quatre coureurs qui s’est formée rapidement et l’équipe Deceuninck-Quick Step a assuré le travail. Dans la dernière heure, il y a eu trois coups de vis dans des portions ventées, le  peloton a cassé mais pour nous tout le monde était devant. Une nouvelle fois, l’approche de l’arrivée était tortueux, à 800 mètres de la ligne d’arrivée on quittait une belle route pour rentrer dans un parc et pour monter vers un château. »

« On a un bon coup à jouer ! »

« C’était très joli mais assez spécial. On avait bien préparé notre affaire et l’un de nos assistants nous a complété nos informations en arrivant sur place. C’est monté très fort sur 500 mètres assez raides, à 200 mètres Arnaud a fait son sprint quand les autres accusaient le coup. Il s’exprime bien dans ce type d’arrivée, c’était un peu comme dans l’Eneco Tour en 2013 quand il avait battu Philippe Gilbert au sommet d’une côte à Bruxelles ou dans la première étape de Paris-Nice l’an dernier à Meudon. Cela lui prouve qu’il marche, nous on le savait. On peut dire que notre Tour de Slovaquie est réussi mais ce n’est pas terminé. Demain il y a trois sprints intermédiaire donnant trois secondes chacun et le sprint à l’arrivée qui octroie dix secondes. On a un bon coup à jouer ! »