Actualités

toutes les actualités

Thibaut Pinot, le podium n’est pas compromis !

le 23 mai 2018 - Tour d'Italie, Etape 16, Trento - Rovereto (34,2 km)
C’est une grosse claque. Thibaut Pinot est passé à côté de son contre la montre mardi, prenant la 66e place à plus de trois minutes du vainqueur Rohan Dennis (BMC) et a accusé le coup mais son objectif podium n’est pas compromis. Avec son moral de champion, il trouvera d’ici la fin de semaine l’énergie et la force pour refaire son retard sur Pozzovivo (3e) et Froome (4e).

 

Avec Thibaut, dans cet exercice, l’impression visuelle est rarement trompeuse et il n’a pas fallu beaucoup de kilomètres pour comprendre qu’il n’était pas dans une bon jour. Comme l’an dernier dans ce même Tour d’Italie et dans le contre la montre qui avait succédé à la journée de repos. Chaque pointage intermédiaire rappelait la désillusion du leader de l’équipe Groupama-FDJ qui n’a pas fui la réalité après avoir passé la ligne d’arrivée.

 

 « Je n’avais aucune puissance. » T.Pinot

 

 

« Je n’étais pas bien, dit-il, je n’avais aucune puissance. J’ai été nul. Dès le départ, je me suis rendu compte que je n’avais pas les jambes. Je suis cinquième du classement général mais finir 4e, 6e ou 7e c’est pareil. Si j’ai des jambes ce week-end, je vais passer à l’attaque. »

 

 

Sitôt cette déclaration, il est monté sans se changer dans la voiture de Sébastien Joly et de son frère Julien Pinot pour rejoindre l’hôtel et la chambre qu’il partagera comme toujours avec Jérémy Roy qui, n’en doutons pas, saura trouver les mots.

 

 

« Dès notre retour, dit Martial Gayant, nous avons fait le point avec le staff. C’était une journée sans. Ce matin, Thibaut nous disait ne pas être dans un grand jour mais de là à perdre trois minutes... En 35 kilomètres, on perd beaucoup de temps. La déception est grande pour le coureur, pour les équipiers et pour le staff parce que ce n’était pas le scénario envisagé. Puis on a regardé le classement, Thibaut est cinquième à 1’10’’ de la troisième place. Il va rebondir ! »

 

« Il va savoir se remotiver. Avec ses équipiers et le staff. » M.Gayant

 

 

« Il vit la même chose que l’an dernier. Il redoutait ce chrono au lendemain du jour de repos mais on l’avait préparé pour qu’il n’y ait pas de relâchement. Il avait tout fait bien et c’est pour ça que la déception est grande. Il a lâché « je suis nul » qui n’est pas facile à entendre. L’an dernier, il avait fini l’étape du Stelvio à plus de 1’30’’ et il était abattu mais il avait su se retaper. Il passe un mauvais jour mais dans les heures qui viennent, il va savoir se remotiver. Avec ses équipiers et le staff. »

 

 

Dans ce contre la montre, Georg Preidler a signé le 21e temps à 1’31’’ de Dennis mais puisque ce n’était pas une bonne journée, décidément, il s’est fait une très grosse frayeur dans un virage qu’il a abordé trop vite. Il est passé par dessus une balustrade et a fait une grosse cabriole. Cela aurait pu mal se terminer mais il s’est simplement éraflé l’épaule et le coude. En plus de l’hématome qu’il présente au visage. Vivement demain…

 

 

 

Par Gilles Le Roc'h

 

Vos commentaires

Publié le 23 mai 2018 à 23:23, par Alain Dellière
Allez Thibaut, c'est tellement super ce que tu fais!. ON est avec toi de tout coeur!. Bravo et merci infiniment pour tes si merveilleux exemples de courage et de volonté!. Ca fait tellement plaisir de te voir courir et de te savoir présent dans ce monde compliqué du vélo...
Publié le 23 mai 2018 à 18:11, par jac34
Pas les jambes ? Et alors ? perdre 3 minutes mais c'est rien quand on voit le profil de Jeudi , Vendredi et Samedi, parce que ces jours là : "pas de jambes" ce sera 15 minutes facilement. J’attends avec gourmandise ces étapes car pour moi Thibaut est fort capable non seulement de remonter à la troisième place mais aussi d'aller tutoyer la seconde. Aller Thibaut , montres leur qui tu es!