Actualités

toutes les actualités

Valentin Madouas est aussi un grimpeur !

le 18 juin 2018 - La Route d'Occitanie, Etape 3, Prat-Bonrepaux – Montferrier (198,4 km)
L’équipe Groupama-FDJ a été conquérante ce samedi au Tour de Suisse, elle a été solide dans la troisième étape de la Route d’Occitanie disputée en montagne et au terme de laquelle elle a placé trois coureurs dans le Top 10. Derrière Valverde (Movistar) qui s’est imposé, Sébastien Reichenbach a pris la cinquième place, Valentin Madouas la huitième en s’emparant du maillot blanc du meilleur jeune et Georg Preidler la neuvième.

 

Avant que les meilleurs ne s’expliquent dans l’ascension finale d’une étape de cinq cols, Romain Seigle a vainement essayé de se glisser dans une échappée. Finalement Gaudin (Direct Energie) et Txoperena (Euskadi-Murias) ont pris les devants.

 

« Valentin a été épatant ! » N.Boisson

 

« Tout s’est joué dans la dernière montée, explique Nicolas Boisson. Rapidement, Valverde, Elissonde (Team Sky) et Navarro (Cofidis) ont pris les devants tandis que Sébastien Reichenbach était en contre avec Fernandez (Movistar), Sanchez (Astana) et Dupont (ag2r-La Mondiale). Dans un groupe derrière il y avait Georg Preidler et Valentin Madouas qui s’est fait surprendre. Valentin a vraiment fait une très grosse montée et avait largement la possibilité de faire mieux même s’il obtient une belle récompense avec le maillot blanc. Je peux même dire qu’il a été épatant ! »

 

Valentin est la grande révélation de l’année dans le peloton français. Il emmenait les sprint pour Marc Sarreau en février, était puncheur en avril pour prendre la deuxième place de Paris-Camembert ou bien construire dans le Mont-Cassel sa septième place dans les Quatre Jours de Dunkerque. Aujourd’hui, dans un brouillard épais ne permettant pas d’admirer le paysage du Mont d’Olmes, il a été grimpeur, faisant sans doute sourire son père Laurent qui était l’un des meilleurs escaladeurs de sa génération.

 

Demain, la dernière étape devrait se conclure par un sprint massif à Cazouls-les-Béziers. A moins que le Pic de Nore, à mi-course, ne permette à une échappée de faire la différence. Qui de Romain Seigle ou Valentin Madouas en sera ?

 

 

 

 

Par Gilles Le Roc'h

Vos commentaires