Actualités

toutes les actualités

Valentin Madouas deuxième pour sa rentrée

le 04 mars 2019 - Classic de l'Ardèche
Il s’en est fallu de peu que Valentin Madouas ne renoue avec la victoire quelques semaines après inauguré son palmarès dans Paris-Bourges. Le jeune Breton de l’équipe Groupama-FDJ, profitant du travail inlassable de son équipe, a pris la deuxième place de la Classic de l’Ardèche à quatre secondes de Calmejane (Direct Energie).

Très vite, Thibaut Pinot et ses équipiers ont fait valoir leur ambition en prenant la course en main derrière une échappée composée de Feillu (Arkéa-Samsic), Cuadros (Caja Rural-RGA), Ellsay (Rally) puis Marengo (Neri Sottoli), Siskevicius (Delko-Marseille 13) et Gibson (Burgos-BH) qui a compté huit minutes d’avance.

 

« Dans la première descente, explique Sébastien Joly, il y a eu une chute assez sévère sous la pluie. L’échappée était déjà partie, le peloton a tergiversé et l’écart est monté très vite à sept minutes. On a décidé alors de faire rouler Benoît Vaugrenard avec un autre coureur des équipes ag2r-La Mondiale et Direct Energie. Pour nous, Thibaut Pinot et Valentin Madouas étaient protégés. Nous sommes revenus dans la dernière boucle, au pied de la côte de Cornas. Bardet a attaqué comme l’an dernier mais n’a pas fait la différence. Pacher (Vital Concept) est sorti à son tour et a été repris dans la côte du Val d’Enfer. Nous étions bien placés en tête de peloton quand Calmejane nous a surpris en attaquant à la sortie d’une cuvette. »

 

Il restait quatre kilomètres, Thibaut Pinot et Kilian Frankiny ont roulé mais n’ont pu complètement boucher le trou. Quatre secondes derrière Calmejane, Valentin a pris très aisément la deuxième place.

 

« Je me sentais assez bien pour ma course de reprise, explique Valentin, ma dernière compétition remontant à trois semaines. Je ne savais pas trop où j’en étais. On avait une très bonne équipe et on a pris la course en main pour éviter que l’échappée aille au bout. Dans le final, on était toujours bien placés. Calmejane a attaqué juste après le sommet. Les gars se sont sacrifiés pour moi et je gagne le sprint pour la deuxième place à 4 secondes. On est un peu déçus parce que quatre secondes ce n’est pas grand chose et le fait d’avoir remporté le sprint aussi facilement, c’est rageant ! »

Vos commentaires