Actualités

toutes les actualités

Une journée à contre-temps

le 19 mars 2018 - GP de Denain
Le froid et par instants la neige ont contrarié le déroulement du Grand Prix de Denain, réduit de trente kilomètres et de quelques secteurs pavés, mais la course gagnée par le Belge De Haes (WB-Aqua Protect) a été dense et riche en événements. Toujours présente dans le combat, l’équipe Groupama-FDJ n’a pas réussi à bien maîtriser son sujet.


Les choses avaient plutôt bien commencé.

 

En réalité, le peloton n’a jamais été complet mais les choses avaient plutôt bien commencé avec la présence de Romain Seigle dans une première échappée de dix coureurs, notamment le champion du monde de cyclo-cross Van Aert (Verandas Willems-Crelan) et Gaudin (Direct Energie).

 

Un premier regroupement s’est opéré à 100 kilomètres de l’arrivée, après une chute de Daniel Hoelgaard qui a repris place dans le peloton, mais ensuite les hommes d’Yvon Madiot ont couru à contre-temps.

 

Ils ont du s’opposer à une autre échappée, renforcée à 25 kilomètres de l’arrivée par le trio de l’équipe Direct Energie Chavanel-Gaudin-Petit. Ramon Sinkeldam qui n’avait pas de bonnes sensations a roulé. Relayé par Valentin Madouas qui avait chuté au contrôle de ravitaillement en compagnie de Léo Vincent, bien sonné et présentant une belle bosse sur une pommette.

 

« L’équipe était volontaire, manifestait de l’envie, mais était limitée » Y.Madiot

 

L’espoir est un peu revenu quand Adrien Petit a attaqué en solitaire, le directeur sportif de l’équipe Groupama-FDJ imaginant que la poursuite serait plus facile à mener, mais finalement personne n’est parvenu à régenter le peloton. Petit a été repris à moins de 2 kilomètres de l’arrivée, personne n’a pu ensuite s’opposer à l’attaque de De Haes qui a conservé quelques mètres d’avance sur un peloton d’une vingtaine d’hommes. Marc Sarreau a pris la huitième place.

 

« Ça n’a pas été simple, explique Yvon, parce que nous étions un peu justes. L’équipe était volontaire, manifestait de l’envie, mais était limitée. On a subi toute la course après l’échappée de Romain Seigle. Ensuite, nous avons toujours eu un temps de retard. Dans le sprint, Marc Sarreau était bien mais il n’avait pas de jus pour éviter le temps de retard. »

 

 

 

Par Gilles Le Roc'h

 

Vos commentaires

Publié le 22 mars 2018 à 21:55, par sep 56
J'ai pratiqué le cyclisme pendant 20 ans, je suis atteint par une maladie dégénérative mais je continue de suivre les résultats et les actualités qui concernent le vélo. D'abord supporter et voisin de Laurent Madouas je suis maintenant très content de suivre Valentin son fils. Mais aussi très satisfait qu'une équipe française fasse confiance et donne une chance aux jeunes
Publié le 20 mars 2018 à 00:01, par Denis Billamboz
Les équipiers ont des difficultés quand les grands leaders sont absents. Sarreau toujours top 10, c'est bien mais il faudrait maintenant viser top 5 au moins.
Publié le 19 mars 2018 à 20:28, par Alba
En espérant rien de grave pour Léo.
Bonne récup à lui et avec l'espoir de le revoir trés vite dans le peloton.