Actualités

toutes les actualités

Un groupe très performant mais frustré

le 18 févr. 2019 - Tour La Provence, étape 3 et 4
Ce n’est pas faute d’avoir essayé et de profiter de sa force collective mais l’équipe Groupama-FDJ n’a pas réussi à renverser le Tour de la Provence. L’Allemand Degenkolb s’est imposé au sprint dans la quatrième étape du Tour de La Provence gagné par l’Espagnol Gorka Izagirre. la dernière étape a été marquée par l’échappée de Sébastien Reichenbach et dans le final par l’attaque de David Gaudu repris dans le dernier kilomètre.

étape 3

 

Le début d’étape a été ultra-rapide, l’équipe Education First favorisant Simon Clarke avant le sprint intermédiaire qui lui a permis de remonter à la quatrième place du classement général. S’ensuivit une échappée de neuf coureurs composée de Jaurégui (ag2r-La Mondiale), Moschetti, Gogl (Trek-Segafredo), Asgreen (Deceuninck-Quick Step), Brändle (Israël Cycling Academy), Kämna (Team Sunweb), De Bondt (Corendon-Circus), Maldonado (St-Michel – Auber 93), Navardauskas (Delko-Marseille 13) dont l’avance n’excédant jamais trois minutes ne leur laissait pas trop d’espoirs.

 

Le circuit était usant plus que difficile et la sélection s’est faite dans le dernier tour par le coup d’accélérateur des hommes de Philippe Mauduit dans une grande ligne droite balayée par le vent à 45 kilomètres de l’arrivée.

 

"De cette étape je veux garder une image collective avec des gars qui ont fait ce qui était prévu." P. Mauduit

 

Benjamin Thomas, Antoine Duchesne et Romain seigle ont fait exploser le peloton avant que leurs quatre équipiers grimpeurs n’accélèrent encore dans la dernière difficulté. Cinq coureurs seulement ont pu les accompagner, dont Izagirre et Gilbert avant qu’une quinzaine d’homme parvienne à les reprendre à quelques hectomètres de l’arrivée. Entre temps il y eut un très gros travail de David Gaudu et plusieurs attaques de Thibaut Pinot et Rudy Molard, rien n’y a fait !

 

« Je n’ai pas aimé le final et ce qui en a fait le contenu, explique le directeur sportif de Groupama-FDJ. Il a manqué deux kilomètres de montée, 2% de pente dans la dernière côte et une arrivée proche du sommet. Ce n’est pas une excuse mais dans une côte de 2 kilomètres, ce n’est pas facile de faire exploser le peloton. De cette étape je veux garder une image collective avec des gars qui ont fait ce qui était prévu. Si nous nous étions abtenus d’agir dans les deux derniers tours, il y aurait eu 80 coureur au sprint ! Thibaut était agacé après l’arrivée de tout faire bien et de ne pas réussir mais on fait avec le terrain proposé. Il y a beaucoup de positif et nous avons une équipe de petits grimpeurs qui vont bien ! »

 

étape 4

 

 

Le classement général s’est fait aux gré des différentes bonifications distribuées depuis trois jours et puisqu’il s’agissait bien du thème de cette course en dépit de son relief, dès le départ d’Avignon la bagarre a fait rage pour les secondes distribuées lors du premier sprint intermédiaire. Clarke (EF-Drapac) y a pris deux secondes, Gallopin (ag2r-La Mondiale) une et en a profité pour passer au classement devant Thibaut Pinot.

 

Dans la foulée, une échappée de solides rouleurs s’est faite dans le sillage de Cavagna (Deceuninck-Quick Step), repris par Mas Bonet (Movistar), Ganna (Team Sky), Calmejane (Direct Energie), Masnada (Androni-Sidermec) et Sébastien Reichenbach. Si leur avance a rapidement atteint trois minutes, le travail des équipiers d’Izagirre et dans le final de ceux de Gallopin a eu raison des hommes de tête. Un sprint dans les rues d’Aix-en-Provence semblait probable.

 

"La confiance était là mais ce qu’on veut c’est des résultats" T. Pinot

 

L’attaque à 14 kilomètres de l’arrivée de Dunbar (Team Sky) suivi du seul David Gaudu a fait trembler le peloton réduit à une trentaine d’hommes mais les deux jeunes espoirs du peloton ont été repris après la flamme rouge. Degenkolb a gagné un sprint auquel a pris part Benjamin Thomas (7e) et Clarke, deuxième, en a profité pour accéder au podium. Thibaut a fini quatrième du Tour de La Provence devant Rudy Molard (5e) et David Gaudu (6e).

 

« Cette épreuve n’était pas assez dure pour faire la différence, dit Thibaut. C’était très tactique avec les bonifications et ça s’est résumé à ça pendant les trois étapes en ligne. La confiance était là mais ce qu’on veut c’est des résultats. Nous n’avons pas récompensés ici et c’est dommage ! »

 

"la condition est là et que nous avons un gros collectif." R. Molard

 

Il est vrai que Groupama-FDJ a été l’équipe la plus convaincante de la semaine mais le résultat n’est en effet pas à la hauteur de l’implication des hommes de Philippe Mauduit. Même s’il y a des très bons enseignements à tirer de cette semaine.

 

« La dernière ascension n’était pas loin de l’arrivée mais encore trop loin pour David (Gaudu), regrette Rudy Molard. On est passé à côté de la victoire et c’est dommage. Au final, les bonifications ont décidé du classement général mais s’il n’y en avait pas eues, nous aurions fini premier et troisième ! Le positif est que la condition est là et que nous avons un gros collectif. On a tout tenté pour gagner et c’est de bon augure avant le Tour du Haut-Var et les épreuves World Tour qui approchent. »

 

Vos commentaires