Actualités

toutes les actualités

Franck Pineau : « On a payé un départ trop timide ! »

le 07 mars 2018 - Tirreno - Adriatico, Etape 1, Lido di Camaiore (21,5 km)
L’équipe Groupama-FDJ disputait son premier contre la montre par équipes en entame de Tirreno-Adriatico et doit se contenter de la quinzième place à un peu moins d’une minute de BMC, la formation victorieuse. Une performance qui laisse sur leur faim Franck Pineau et Jussi Veikkanen.

 

« Nous sommes partis trop timides, dit Franck Pineau. On a compté jusqu’à 28 secondes de retard sur ag2r-La Mondiale par exemple, et au retour on finit à 12 secondes d’avance sur eux. Nous sommes déçus parce qu’on est habitué à faire de bons chrono par équipes. La première partie de l’étape se faisait avec un vent favorable et sur le compteur on affichait 60 kilomètres/heure. Cela donnait une sensation de vitesse mais elle n’était pas suffisante. Il aurait fallu rouler à 65 km/heure. Il faut dire que nos coureurs n’ont pas été souvent ensemble dans cette discipline. Une reconnaissance ou un échauffement ne suffisent pas pour trouver des repères. Je pense, toutefois, que nous avions le Top 10 dans les jambes, sans prendre de risques ».

 

Steve Morabito a tiré le groupe vers le haut et Matthieu Ladagnous a rappelé qu'il est une force de la nature.

 

 

Davide Cimolai, Matthieu Ladagnous, Steve Morabito et Antoine Duchesne ont fini ensemble et les directeurs sportifs de l’équipe Groupama-FDJ ont noté que Steve Morabito, qui aime cet exercice, a tiré le groupe vers le haut, de même que Matthieu Ladagnous qui a rappelé qu’il est une force de la nature.

 

« Ce contre la montre va nous servir pour la suite » F.Pineau directeur sportif

 

 

« Antoine Duchesne débute avec nous, poursuit Franck Pineau, il ne connaît pas l’équipe. Il a encore pas mal de travail mais il a des capacités physiques pour très bien s’en tirer dans cette discipline. Il découvre le protocole d’échauffement au chrono, il a des repères à prendre mais va s’adapter. Je pense que ce contre la montre va nous servir pour la suite. Et si nous sommes un peu déçus, nous ne sommes pas à la rue non plus, à 9 secondes de la dixième place. »

 

 

 

Avant de s’écarter dans le final, Benoît Vaugrenard, qui se remet d’une gastro-entérite, et Marc Sarreau, qui a les étapes à venir en tête, ont fait leur travail. Demain, la deuxième étape s’achèvera à Follonica par un sprint massif et le plateau y sera fort relevé, Marc Sarreau devant s’expliquer avec Sagan (Bora-Hansgrohe), Ewan (Mitchelton-Scott), Gaviria (Quick Step Floors), Cavendish (Dimension Data), Debusschere (Lotto-Soudal), Modolo (EF-Drapac), Arndt (Team Sunweb), Nizzolo (Trek-Segafredo), Consonni (UAE-Team Emirates), Mareczko (Wilier-Triestina) et Grosu (Nippo-Vini Fantini).

 

 

 

Par Gilles Le Roc'h

Vos commentaires