Actualités

toutes les actualités

Comme en 2018, une deuxième place pour commencer !

le 21 févr. 2019 - Tour d'Algarve, étape 1
Arnaud Démare a débuté sa saison au Tour d’Algarve et comme l’an dernier il a pris la deuxième place de la première étape remportée au sprint par Jacobsen (Deceuninck-Quick Step). Cette première journée a été riche d’enseignements pour l’équipe Groupama-FDJ qui a vu un groupe travailler à l’unisson et a pu mesurer l’impact de Stefan Küng.

Si cinq coureurs représentant les équipes continentales portugaises se sont échappés une grande partie de la journée, nul n’a douté que cette étape se jouerait au sprint. A ce titre, le Tour d’Algarve bénéficie d’un plateau World Tour et l’emballage final a été précédé d’un combat farouche.

 

Arnaud Démare et ses équipiers ont volontairement laissé le peloton s’organiser dans la poursuite jusqu’à 25 kilomètres de l’arrivée avant que Benoît Vaugrenard ne place tous ses équipiers aux avant-postes du peloton. Ignatas Konovalovas a fourni à son tour un gros travail quand une chute provoquée par deux coureurs de l’équipe Trek-Segafredo qui se sont accrochés a coupé le peloton en deux.

 

"Stefan n’avait jamais fait ce job et c’est en ce sens qu’il a été formidable" F. Guesdon

 

Quarante coureurs sont passés, notamment tout le train d’Arnaud dont Olivier Le Gac a pris les commandes jusqu’à l’amorce des trois derniers kilomètres. En dépit du nombre réduit de coureurs, c’est resté très nerveux, ça frottait beaucoup et alors Stefan Küng est entré en jeu pour fournir un effort témoignant de toute sa puissance. A l’amorce du dernier kilomètre, un rond-point l’a détaché de Jacopo Guarnieri et Arnaud Démare mais il ne s’est pas désuni. Il s’est retourné et a attendu que ses équipiers reviennent. Il s’est placé devant eux et a remis un bon coup de vis.

 

« Avec Mickaël Delage, dit Frédéric Guesdon, on a l’habitude d’avoir un coureur à ce poste qui soit très opérationnel mais Stefan n’avait jamais fait ce job et c’est en ce sens qu’il a été formidable. Par le passé, il a déjà placé ses leaders à des moments clés de la course mais là, c’était face à toutes les équipes de sprinteurs. Ils étaient 40 pour jouer la gagne et ça frottait vraiment très fort ! »

 

"c’était du coude à coude et parfois les coups de coude ont été violents" A. Démare

 

 

Le sprint a été lancé à 400 mètres de la ligne par l’Italien Consonni (UAE-Team Emirates) quand Jacopo et Arnaud se trouvaient encore en dixième place. Quand Arnaud est revenu devant, Jacobsen avait déjà produit son effort mais le sprinteur de l’équipe Groupama-FDJ n’a rien lâché et a donc pris une belle deuxième place.

 

« Forcément Arnaud n’est pas au top, poursuit on directeur sportif, il doit retrouver ses repères mais c’est bien parce que le niveau est très relevé. C’est bien aussi pour Jacopo qui n’a pas eu mal au genou. De toute façon, toute l’équipe a bien travaillé ! »

 

Encore un peu essoufflé, Arnaud n’a pas tardé à livrer son analyse.

 

« On préfère toujours gagner mais 2e pour la reprise, ce n’est pas mal, dit-il. Dans le final c’était dangereux, on a fait du bon boulot. Ça s’est joué bizarrement, ça frottait beaucoup. Avant la chute à 7 kilomètres de l’arrivée, c’était vraiment très nerveux, c’était du coude à coude et parfois les coups de coude ont été violents pour garder sa place. La chute s’est produite juste devant moi, ça a frôlé ma jambe mais je suis passé. Comme mes équipiers et c’est vraiment le principal. Voilà, c’était le premier sprint de l’année… Demain l’étape est difficile mais on va s’appliquer. Vendredi, il y a le contre la montre où l’équipe Groupama-FDJ a également une belle carte à jouer (avec Stefan Küng). Ensuite il y aura bien un autre sprint. Je n’ai jamais gagné dans le Tour d’Algarve et j’aimerais bien y parvenir cette semaine. »

Vos commentaires