l'Actualité

toutes les actualités

Arnaud Courteille, décidément, n'est pas chanceux

le 08 févr. 2015 - Etoile de Besseges, étape 4
La malchance va-t-elle enfin cesser de s'acharner sur Arnaud Courteille ? Le jeune coureur mayennais de la FDJ répète, chaque année, un scénario désespérant: après un hiver consciencieux, il démontre dès les premières courses de l'année de bonnes dispositions mais est victime, trop rapidement, de chutes qui le stoppent net. Samedi, il s'est fracturé la clavicule droite dans une chute à deux kilomètres de l'arrivée.

Une voiture mal garée à deux kilomètres de l'arrivée, une vague dans le peloton et Arnaud, septième de la première étape mercredi, placé aux premières loges, s'est retrouvé à terre avec une douleur qu'il connait trop bien.

"Je suis vraiment triste pour lui, disait Yvon Madiot en se rendant à l'hôpital. C'est la quatrième fois que ça lui arrive !"

Quelques minutes plus tard, le directeur sportif de l'équipe FDJ entendait le verdict attendu: fracture de la clavicule droite mais sans complication cette fois. L'opération chirurgicale n'est pas nécessaire et Arnaud se rétablira rapidement.

Cette quatrième étape, gagnée par Tony Gallopin (Lotto-Soudal), a été marquée par une échappée de huit coureurs, repris dans les dix derniers kilomètres. Faisant bloc autour de leur leader Thibaut Pinot dans la perspective du contre la montre final, les coureurs du Trèfle n'ont jamais quitté les avant-postes et n'ont pas été piégés par les éventails formés par le vent. Mais s'agissant d'un circuit, les incessants changements de direction du vent ne permettaient pas des mouvements d'envergure.

"Thibaut, poursuit Yvon, a plutôt de bonnes jambes et considère le contre la montre comme un test. Une jolie bosse de 2,5 kilomètre, assez raide, devrait lui profiter mais il y a quand même de sacrés clients dans le coup. Notamment Bob Jungels (Trek Factory) qui a fait impression dans le peloton."

Vos commentaires