Actualités

toutes les actualités

Après les pavés, les Alpes !

le 16 juil. 2018 - Tour de France, Etape 9, Arras – Roubaix (156,5 km)
La journée de repos va faire du bien. Dés l’arrivée de la neuvième étape du Tour de France gagnée par le miraculé Degenkolb (Trek-Segafredo), les huit coureurs de l’équipe Groupama-FDJ ont pris l’avion en direction d’Annecy. Avec à l’esprit la déception d’une première semaine de course qui ne leur a pas permis de lever les bras.


« Notre plus grand regret concerne l’étape d’Amiens »
M.Madiot

 

« Nous sommes déçus, assume Marc Madiot, le manager de l’équipe. Nous espérions obtenir une première victoire d’étape avant la première journée de repos et notre plus grand regret concerne l’étape d’Amiens durant laquelle les gars ont parfaitement travaillé avant qu’Arnaud Démare ne perde le sillage de ses lanceurs. Maintenant, on va souffler avant d’aborder un programme plus montagneux. Nous comptons sur Rudy Molard qui a encore besoin deux ou trois jours pour être à son niveau, sur Arthur Vichot et David Gaudu. »

 

L’étape des pavés que tous les coureurs redoutaient n’a pas répondu à l’attente du staff et des coureurs de l’équipe même si tout avait plutôt bien commencé. Dans la chaleur, à un rythme très soutenu, Olivier Le Gac a pris place dans une échappée de dix coureurs où il côtoyait De Gendt (Lotto-Soudal), Gaudin, Calmejane et Cousin (Direct Energie), Edet (Cofidis) ou Janse van Rensburg (Dimension Data).

 

Dans le peloton, l’intensité nerveuse a été affolante dès le départ, valant à Porte (BMC) d’abandonner sur chute, à Bardet (ag2r-La Mondiale) de subir trois crevaisons, à Froome (Team Sky), Uran (Education First-Drapac) et Landa (Movistar) de tomber. L’équipe Groupama-FDJ n’a pas été en reste, Arthur Vichot tombant à 72 kilomètres de l’arrivée, attendu par Rudy Molard qui avait essuyé des problèmes mécaniques. Jacopo Guarnieri a chuté à son tour un peu plus loin tandis qu’Olivier Le Gac était distancé du groupe de tête.

 

Arnaud Démare et Ramon Sinkeldam ont redoublé d’efforts.

 

Dans le peloton, Arnaud Démare et Ramon Sinkeldam ont redoublé d’efforts pour soigner leur placement, tant de faits de course n’ayant cessé de scinder le peloton en plusieurs groupes. Dans le final, ils n’ont pu s’opposer à l’attaque décisive de Lampaert (Quick Step Floors), Degenkolb et Van Avermaet (BMC) qui  a conforté son maillot jaune.

 

Comme un symbole d’une journée éreintante, Frédéric Guesdon et Yvon Madiot n’ont pu assister à la fin de l’étape, leur voiture tombant en panne dans l’avant-dernier secteur pavé. « On s’attendait à beaucoup mieux » disait le directeur sportif breton encore présent sur le plateau de la dépanneuse.

 

« J’ai adoré cette journée » concluait dans un clin d’œil David Gaudu en terminant sa première course sur les pavés. La bonne humeur reste de mise au sein de l’équipe Groupama-FDJ.    

 

 

 

Par Gilles Le Roc'h

 

Vos commentaires

Publié le 16 juil. 2018 à 20:36, par jac34
Que le groupe soit déçu, on le comprend volontiers. Les supporters le sont aussi. Il faut dire que lorsqu'il n'y a pas de leader à protéger pour le classement général on ne voit pas grand monde. Quant à Arnaud il est toujours difficile avant l'emballage final de rester dans le sillage des poissons pilotes, je me demande d'ailleurs si les autres sprinters: Sagan, Greipel , Kittel ont eu aussi cette technique, en tout cas si ils l'ont c'est plus discret. Toujours un grand merci à Arnaud qui affiche toujours un sourire communicatif. Ce garçon respire la gentillesse.